Accueil / Actualités / Cath & son chat fête ses 10 ans!

Cath & son chat fête ses 10 ans!

14/02
Sans aucune ride, la série Cath & son chat souffle déjà ses dix bougies. Yrgane Ramon, dessinatrice et cocréatrice avec Hervé Richez et Christophe Cazenove de la série jeunesse à succès, revient sur cette décennie de gags à coussinets et à poils.
 
Il y a dix ans, vous sortiez à peine de l’école d’art où Bamboo édition vous a repérée. Comment avezvous accueilli cette proposition de collaboration ?

J’étais plutôt détendue car j’étais loin d’imaginer que nous irions plus loin qu’un unique tome. En école d’art, on nous disait
alors que le marché de la BD était complètement saturé, je ne nourrissais donc aucune ambition autour de cet univers. Sans aucune expérience ou presque en illustration, cela aurait pu être vertigineux car je ne connaissais aucun code en matière de BD. Heureusement, Christophe Cazenove et Hervé Richez, rompus à l’exercice, m’ont coachée de manière très bienveillante.

Cette série est l’œuvre d’un véritable trio. Comment travaillez-vous ensemble ?

Christophe et Hervé se partagent équitablement les scénarios des 44 gags d’un album. De mon côté, je finalise une page
après l’autre. Je commence par un crayonné très rapide pour découper le scénario écrit, avant de passer à l’encrage puis
à la mise en couleur. Nous travaillons ensemble sur la couverture et la quatrième de couverture. Au début de notre collaboration, Christophe m’a d’abord mis le pied à l’étrier en douceur en prédécoupant les gags pour me donner des directions visuelles. Désormais, je m’approprie énormément leurs textes pour ajouter des choses en second plan, créer des éléments de décor, enrichir de quelques bêtises de Sushi … Je «pimpe» simplement l’ensemble et propose des idées visuelles, selon mes désirs d’illustration. Les nombreuses scènes de nuit dans le tome 7 sont par exemple nées ainsi.
 
Votre dessin influe donc sur le scénario…
 
Christophe et Hervé aiment recevoir mes pages au fur et à mesure. Cela les pousse aussi vers de nouvelles directions, grâce aux éléments de décors et d’ambiances qui n’existaient pas dans leurs descriptions. Par ailleurs, si j’ai des envies de modification ou si je ne comprends pas un gag, je leur en parle. Et vice versa, j’attends leurs retours s’ils veulent des modifications sur le dessin. C’est une sorte de ping-pong. J’ai par exemple eu l’idée des cheveux très colorés et lumineux
de Cath, puis de Samantha, toutes deux très dynamiques. Quant à Virgile, il a les cheveux bleu foncé, ce qui colle à son tempérament plus calme. Pour moi, c’est un véritable travail d’équipe. Nous formons un super trio, il me semble… Et Hervé et Christophe sont très conciliants avec ma prédisposition aux retards ! (Yrgane Ramon travaille à temps complet
dans le cinéma d’animation, ndlr.
 
Votre trait a-t-il évolué au fil du temps ?

Il n’a fait qu’évoluer. Quatre ans d’école d’art, c’est bien, mais ce n’est que le commencement du travail d’apprentissage. En dessinant le tome 1, j’ai simplement appris à connaître mes personnages, il a fallu que je les découvre sous toutes les coutures. Par ailleurs, pendant mes études, j’avais des difficultés à travailler les décors. Passer dix années à dessiner tous les jours m’a bien aidée. J’ai toujours pris beaucoup de liberté quant à la mise en couleur. Si bien qu’il est très difficile pour moi de déléguer cette partie du travail. Mes choix son souvent très éloignées de la réalité, ne suivant aucune autre logique que la mienne, un peu bizarre, certes !

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Un nombre incalculable de choses m’inspire. La musique, la danse, la gastronomie, le cinéma … tout y passe ! Mais j’aime faire ma petite cuisine interne, en saupoudrant mon imaginaire de tout ce que j’aime. J’ai passé un temps infini à regarder J’ai passé un temps infini à regarder bon nombre de dessins animés : les Looney Tunes, tout Disney, les Animaniacs… et lire des séries BD comme Boule et Bill ou Nab. J’aime aussi photographier, ce qui m’aide pour la composition ou les ambiances de couleur. Il ne faut pas oublier tous les animaux de mon enfance : je crois avoir passé plus de temps avec eux qu’avec des êtres humains ! Pour dessiner les tomes 1 et 2, je n’avais qu’à tourner la tête pour m’inspirer de mes deux chats avec lesquels je vivais alors.

Qu’avez-vous appris au gré de ces dix albums ?

Tout ! Cath et son chat me suit depuis mes débuts, le fil conducteur de ma carrière d’illustratrice. La BD est un métier beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît car il faut savoir découper une histoire, composer des images, créer des personnages, conserver les bonnes proportions, imaginer des décors, transmettre des émotions, faire rire… Tout cela rien que pour un gag. Créer toute une BD demande une exigence que j’ai sous-estimée de prime abord. J’ai également appris le découpage, l’art du story-board, ce qui m’a ouvert les portes du monde de l’animation, un métier néanmoins très éloigné de celui de la BD. Pour Tous en scène 2, film sur lequel j’ai travaillé pendant plus de 2 ans et demi, la répartition des tâches
n’a rien à voir avec celle de la BD. Je n’étais qu’un simple maillon d’une gigantesque structure. Pour Cath et son chat, à l’inverse, mon travail consiste à livrer toutes les illustrations, du crayonné à l’envoi final, en passant par la composition des images, l’illustration, l’encrage, la mise en couleur, la préparation des calques...

10 ans en années de chat, cela correspond à quoi pour vous ?

10 ans aussi ! Car j’ai beaucoup travaillé et je sens le poids de l’évolution de la série. Je suis contente d’avoir eu la possibilité de déployer ces personnages au fil des albums. Pour que ces derniers prennent un certain « cachet », c’est un temps nécessaire. Je suis aussi très reconnaissante au lectorat fidèle et à Christophe Cazenove et Hervé Richez de me faire confiance depuis tout ce temps.
 
| Contactez-nous |