Accueil / Actualités / Dans l'antre de Domas
Combien d’enfants et de parents ont été échaudés par l’école à la maison au moment des confinements ? Suffisamment pour que l’un d’eux, Domas, s’empare du sujet pour le tourner en autodérision. Petits et grands se reconnaîtront sans peine dans les gags où de toutes les matières, ce n’est pas les maths qu’on préfère… À moins de les transformer en recette de gâteau, auquel cas cela devient plus digeste ! Toute la famille appréciera cette bonne tranche de rigolade où se mêlent de vrais conseils pour que les séances de devoirs deviennent plus sereines et efficaces.
 
Pourquoi un album sur les devoirs ?
Le projet initial est né après le confinement du printemps 2020, durant lequel il y a eu beaucoup d’énervement lié à l’école à la maison avec mes filles, qui avaient 12 et 10 ans à l’époque. Quand est venue la deuxième période de fermeture des écoles, j’ai tâché de ne pas m’énerver et de faire des gags à partir de ces moments compliqués.
C’est une BD que tu classes plutôt en humour ou en ouvrage pédagogique ?
C’est avant tout une bande dessinée humoristique, qui part des situations de tension induites par les devoirs et s’efforce de les désamorcer. Mais mon éditeur m’a suggéré que j’aille plus loin, en donnant aussi des conseils. On y trouve donc de l’humour et du sérieux… c’est la BD qui aide à supporter les devoirs !
 
Comment es-tu parvenu à rendre ce sujet attractif ?
J’ai essayé de faire une bande dessinée familiale, avec des personnages auxquels on peut facilement s’identifier. Je n’ai pas opté pour un point de vue en particulier - celui d’un enfant ou d’un parent. Mon objectif est que cela soit compréhensible par tous les élèves de 8-14 ans, et que les adultes aient envie de la lire aussi, car les parents subissent autant les devoirs que les enfants !
Comment es-tu parvenu à rendre ce sujet attractif ?
J’ai essayé de faire une bande dessinée familiale, avec des personnages auxquels on peut facilement s’identifier. Je n’ai pas opté pour un point de vue en particulier - celui d’un enfant ou d’un parent. Mon objectif est que cela soit compréhensible par tous les élèves de 8-14 ans, et que les adultes aient envie de la lire aussi, car les parents subissent autant les devoirs que les enfants !

Découvrez :

| Contactez-nous |